Télé Sarko, demandez son programme

La télé Sarko 2012 se met en place doucement, insidieusement. Des indices ? Le tout premier, la nomination du PDG de France télévision directement par Nicolas Sarkozy en personne.  Sans doute reconnaissant, celui-ci vire actuellement, ou déplace au fin fond des programmes, la plupart des émissions de libre parole ou de débat, Frédéric Taddéi, Franz-Olivier Giesbert, Guillaume Durand, qui animaient un peu nos soirées. A la place, il met à l’antenne des émissions de « divertissement », notamment de télé-réalité, totalement insipides.

La même inanité se retrouve dans la mise en avant d’animateurs proches ou sympathisantes du président de la République : Patrick Sabatier, Daniela Lumbroso, Cyril Viguier, Laurent Boyer, etc., de vrais professionnels mais dont on est certains qu’ils ne feront pas de politique et n’organiseront pas de débats dérangeants pour le pouvoir.

Du côté de TF1 pas de souci. La caisse de résonance des activités de Sarkozy, du gouvernement, et des « idées » de l’UMP, joue pleinement son rôle, même si le militant Jean-Pierre Pernaut doit présenter des excuses publique pour avoir présenté un reportage bidonné mettant en valeur une décision de Sarko dont il se glorifiait la veille (suppression des allocations familiales). Un petit dérapage. La chaîne ne s’excusera sans doute jamais pour tous les reportages sur l’insécurité en France surabondamment distillés dans ses journaux télévisés.

La télé de Sarko ne s’organise pas pour soutenir ouvertement Sarkozy, la majorité des groupes de presse et télés appartiennent à ses amis, elle se met en place pour abêtir les foules et pour confisquer la parole aux opposants de Sarko et aux personnes qui ne le supportent plus. Vaste programme.

Rendez-vous mardi pour le n°11.

François Forcadell
James Tanay et toute l’équipe de dessinateurs Berth, Cambon, Chimulus, Deligne, Faujour, Jiho, Lacombe, Lasserpe, Lécroart, Mric, Mutio, Pakman, Samson, Soulas, Soulcié, Camille Besse.

A nos lecteurs

Nos deux premiers mois de parution ont démontré qu’il existait un réel attachement des internautes à ce journal. De notre côté toute l’équipe a pris un réel plaisir à le réaliser.

Nous avons donc décidé de poursuivre cette aventure en abandonnant le mode d’abonnement payant et en recherchant d’autres moyens de financement. Le modèle économique (comme disent les spécialistes) de ce type de presse sur Internet reste à trouver.

Rappelons qu’Urtikan.net n’est soutenu par aucun groupe financier et n’existe que par la seule volonté de son équipe et l’investissement personnel de chacun des participants à vouloir créer un journal libre et alternatif, participatif et indépendant.

Ces prochaines semaines Urtikan.net sera donc accessible à tous gratuitement (les anciens numéros, du n° 2 au n°9, restent en accès payant).

N’hésitez pas à faire partager autour de vous le plaisir que avez à nous lire chaque semaine.

 

Publié dans Urtikan > N°10 - 28 juin 2011